Siège à Cococodji Siège à Cococodji Agence de Cococodji Agence de CotonouGuichet d'AB-CalaviGuichet de OuidahGuichet de ToriGuichet de SèGuichet de LokossaGuichet de GloGuichet d'AlladaGuichet de PobèGuichet de MissrétéGuichet de BohiconGuichet d'AgonliGuichet de KétouGuichet de IITA Lundi-Vendredi: 8h30-17h ; Samedi: 8h-12h +229 95 87 10 93 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 31 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 23 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 23 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 65 56 78 86 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 65 00 21 64 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 87 09 58 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 94 94 00 19 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 45 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 63 00 98 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 63 60 77 95 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 60 00 86 25 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 50 Lundi-Vendredi: 8h30-17h+229 94 94 00 24 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 65 00 21 63 Lundi-Vendredi: 8h30-17h +229 95 40 92 85
infos@comuba.com

Historique

Genèse d’une institution orientée vers les femmes qui au départ, était créée pour satisfaire les besoins d’un groupe d’amis

Historique, Mission et Valeurs


 

La Coopérative des Membres Unis Bethel Actions (COMUBA) est un SFD créé en 2000 et ayant reçu l’agrément d’exercer les activités en 2008 sous le numéro L08.0030A./MEF/DC/SGM/SSFD/SRE.

La création de ce Système Financier Décentralisé (SFD) est une initiative de 10 personnes qui, faute de pouvoir se faire financer par le secteur financier classique (institution de microfinance et banque) en vue du développement de leurs activités, ont décidé de prendre leur responsabilité en acceptant de mobiliser chacun un montant de 200.000 FCFA pour se faire des prêts à tour de rôle (une initiative tontinière). Mais très tôt, suite au dénouement heureux de la proposition d’un membre du groupe de venir en aide à un groupement de femmes en lui accordant un crédit de 430.000 FCFA, les membres de la COMUBA ont décidé de financer d’autres groupements composés de femmes. C’est ainsi que la COMUBA est partie d’une initiative visant à satisfaire les besoins de financement de ses membres individuels pour se forger une mission de Microfinance orientée vers les femmes.

La COMUBA a pour mission de « Contribuer à l’amélioration du bien être des femmes à faibles revenus à travers des groupements, en leur offrant des services financiers et non financiers de qualité».

Les valeurs de l’institution sont :

  • Équité :

Toute personne en relation d’affaires avec la COMUBA est traitée sans discrimination de sexe, de race ou de niveau. Tous les membres sont donc traités de la même manière, les demandes de crédit ou de prestations quelques soient leurs auteurs  sont considérées comme égales et on y accorde la même attention. La COMUBA Observe scrupuleusement les règles de la morale sociale. Elle s’abstient en toutes circonstances de tout agissement contraire à l’honneur.

  • Rigueur

L’institution respecte  méticuleusement les règles précises dans l’exercice de ses activités avec un contrôle rigoureux et une discipline sans faille. Tous les membres de la COMUBA, les agents, les élus sont responsables de l’institution.

  • Transparence

La COMUBA s’engage à faire en sorte que l’application des principes de bonne gouvernance soit prépondérante pour la promotion en interne et en externe de l’image de l’institution. La transparence doit commencer par  l’institution et  ses organes. Les élus doivent donc observer des comportements exemplaires, notamment en évitant  les influences et les conflits d’intérêts afin de servir d’émulation pour toutes les personnes impliquées dans la conduite des activités. En effet le leader doit être honnête, compétent, visionnaire, et doit donner de l’inspiration à son équipe.

La transparence est aussi la communication de façon claire, suffisante des produits de façon à ce que les membres puissent prendre des décisions conséquentes.

  • Esprit d’équipe

Les membres de la COMUBA doivent  œuvrer ensemble  pour le bien de l’institution  au détriment du bien-être individuel. La coopérative prime sur l’intérêt personnel.

  • La croyance

Tous les membres fondateurs de la COMUBA adhèrent intimement à la vision divine qui justifie en 2000 la mise sur pied de cette initiative. Cette conviction a guidé ses membres jusqu’à nos jours. Ils croient fermement qu’il existe un être suprême qui est au-dessus de tous et qui  guide leurs actions quotidiennes. Cette morale oriente le personnel dans son vécu de tous les jours.

 

Gouvernance, produits et performances


 

La gouvernance de la Coopérative des Membres Unis Bethel Actions est composée d’une Assemblée Générale, du Conseil d’Administration, du Conseil de surveillance, du comité de Crédit et de la Direction Générale.

  • Assemblée Générale

 L’Assemblée Générale est l’organe suprême de la COMUBA. Elle est constituée de l’ensemble des membres, convoqués et réunis à cette fin. L’Assemblée Générale se réunis au moins une fois par an. Elle a pour mandant d’élire les membres des organes de la COMUBA, d’approuver les comptes et statuer sur l’affectation des résultats, de traiter toutes autres questions relatives à l’administration et au fonctionnement de l’organisation.

  • Conseil d’Administration (CA)

Le CA veille au fonctionnement et à  la bonne gestion de l’organisation.  A cet effet, il est notamment chargé  de : Définir la politique de gestion de ressources de l’institution et de rendre compte périodiquement de son mandat à l’AG dans les conditions fixées par les statuts et le règlement intérieur et  d’une manière générale, de mettre en application les décisions de l’AG.  Le CA  se compose de 5 personnes élues par l’AG par les membres. Le CA se réunit sur convocation du président ou des 2/3 des administrateurs. Les convocations sont adressées par écrit au moins sept (7) jours avant la date fixée pour la tenue de la réunion. La convocation indique le lieu, la date, l’heure de la réunion, ainsi que les questions inscrites à l’ordre du jour.

  • Comité de Crédit (CC)

 Le CC a la responsabilité de gérer le crédit conformément  aux politiques et procédures définies en matière de crédit. Il approuve les dossiers de demande de crédit. Tout membre de la COMUBA dont la demande de crédit a été refusée peut faire appel de cette décision devant le CA. Il est composé de 5 membres dont deux élus par l’assemblée générale, un membre du conseil d’administration et deux techniciens notamment le chef service exploitation et le chef service administration et finances.

  • Conseil de Surveillance (CS)

 Le CS est chargé de la surveillance de la régularité des opérations de la coopérative et du contrôle de la gestion. Il est composé de trois membres dont un président et un secrétaire tous élus par l’assemblée générale.

  • Direction Exécutive

 La Direction Exécutive est sous la responsabilité du Directeur Exécutif qui dépend statutairement du Conseil d’Administration de la structure. Il a pour mission de coordonner les activités de toutes les entités qui constituent l’institution dans le but d’assurer la promotion et la pérennité des services financiers décentralisés dans un esprit associatif et participatif. Il doit  veiller au respect des  dispositions et procédures tout en entretenant des relations de travail avec les Chefs Service  qui sont ses collaborateurs directs. Il s’agit notamment du Chef service Exploitation, du Chef service Administratif et Financier et du Chef service Informatique. Les chefs d’agences ou de guichets sont sous la responsabilité du chef service exploitation.

  • Auditeur interne

 Indépendant dans sa fonction, l’auditeur a pour mission de garantir le respect et l’application des textes, lois et procédures adoptés par l’institution dans le cadre d’une bonne organisation et un bon fonctionnement de ses services. Il assure la mission de conformité, de régularité et de l’efficacité en faisant des propositions d’amélioration et de corrections suites aux constats. Le Service Audit interne est directement rattaché au Conseil de Surveillance et a une relation administrative avec le Directeur Exécutif. Il est par rapport à la direction, en position de staff et ne peut de ce fait intervenir directement dans le contrôle de la gestion de la COMUBA. Il a par délégation de pouvoir une mission de vérification, de contrôle et de conseil. Il rend compte dans un rapport motivé et argumenté des résultats de ses diligences directement au Conseil de surveillance et au Directeur Exécutif.

 

Environnement de la COMUBA


 

  • Macro environnement

En 2014, le Produit Intérieur Brut (PIB) courant du Bénin est estimé à 8,7 milliards de dollars US (Perspective Monde). Selon un rapport de la même année sur les perspectives économiques en Afrique, la croissance économique du Bénin est estimée en 2014 à 5,5 %, contre 5,6 % en 2013. Elle a été tirée par la production agricole et les services, deux secteurs qui pèsent plus de 85 % du PIB. La branche bâtiment et travaux publics (BTP) a été stimulée en 2014 par les investissements dans le transport et le tourisme. L’inflation a été négative en 2014 en raison, notamment, de la hausse de la production vivrière de la campagne 2013/14 et de la baisse des cours du pétrole depuis juin 2014. L’impact de la croissance sur la réduction de la pauvreté et des inégalités reste insuffisant, face à une forte croissance démographique. La situation politique a été marquée en 2015 par les élections législatives et municipales qui se sont bien déroulées dans l’ensemble. La transition politique est assurée et une élection présidentielle s’est déroulée en 2016 avec l’alternance au pouvoir et changement de régime politique. Selon la banque mondiale, la situation budgétaire du Bénin demeure stable, avec un déficit global estimé à 3,1 % du produit intérieur brut (PIB) en 2014 (sur la base des encaissements-décaissements, dons non compris), contre 3,7 % en 2013 et 2,4 % en 2012. Le niveau des recettes douanières, de même que les recettes fiscales, a été légèrement inférieur aux attentes en raison de la baisse des importations de produits réexportés par des voies non officielles au Nigéria. Grâce à une politique budgétaire prudente, le déficit des finances publiques ainsi que celui de la balance des paiements demeurent circonscrits à des niveaux acceptables, tandis que la dette souveraine reste inférieure à 30 % du produit intérieur brut (PIB).

  • Micro environnement

Au 31 décembre 2014, selon les statistiques de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), quatre vingt cinq (85) SFD ont reçu l’agrément. Quatoze (14) SFD représentent plus de 90 % du marché de la Microfinance avec 410 points de services, 1 517 990 clients/membres, 83,27 milliards de F CFA de dépôts, un encours de crédit d’environ 88,39 milliards de F CFA. La Faîtière des Caisses d’Épargne et de Crédit Agricole Mutuel du Bénin (FECECAM) demeure la plus grande institution de la Microfinance du Bénin. Selon le Document de Politique de Développement de la Microfinance au Bénin (DPDM), le nombre de clients potentiels des Institutions de Microfinance  (IMF) en 2018 serait de 1.759.189. Les besoins en crédit estimés, passeront de 149,3 milliards F CFA en 2012 à 251,3 milliards F CFA en 2018. L’épargne collectée serait de 99,0 milliards F CFA en 2018, toutes choses étant égales par ailleurs.

En avril 2007 à Lomé, le Conseil des Ministres de l’Union Économique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (l’UEMOA) a révisé et adopté, une autre loi portant réglementation des systèmes financiers décentralisés. Le Bénin membre de la zone UEMOA a ratifié la nouvelle loi communautaire et l’a promulguée le 21 mars 2012. A cette Loi, s’ajoutent, les instructions de la BCEAO et les circulaires de la Commission Bancaire. Un agrément unique est accordé aux Systèmes Financiers Décentralisés.

 

COVID-19

Dernières informations sur COVID-19 de l'OMS